TRANSPORT II

Dès le début des années 2000, dans un contexte de développement, les enjeux majeurs auxquels doit faire face l ’Algérie, pour la réalisation de ses projets, relèvent du domaine du capital humain, de la mise en conformité de sa législation avec les normes internationales et de la capacité de maîtrise d’ouvrages publics au regard des grands travaux d’ infrastructures et des politiques publiques à mettre en œuvre.

Dans le domaine du développement des transports en Algérie, l’Union européenne s’avère être un partenaire de premier plan. En effet, la Commission européenne est l’un des bailleurs de fonds à intervenir dans le secteur des Transports.

En 2006, l’Algérie et l’Union européenne lançaient un premier programme bilatéral dédié exclusivement au secteur intitulé Programme d’appui au secteur des Transports.
D’un budget de 25 millions d’Euros (20 M€ pour la partie européenne et 5 M€ pour la partie algérienne), ce programme avait pour objectif d’accompagner le ministère des Travaux publics et des transports dans son effort de modernisation, d’ouverture et de mise en œuvre des réformes engagées. Clôturé en novembre 2011, TRANSPORT I a permis de :

  1. doter le secteur de divers outils, méthodologies et d’instruments de pilotage et de mise en œuvre de la libéralisation du secteur principalement le plan national des Transports (PNT) incluant le développement d’un Système d’information du secteur des transports (SIST),
  2. actualiser l’arsenal juridique
  3. renforcer les capacités des ressources humaines à travers la formation directe et le transfert de savoir-faire.
  4. Etablir les fiches métiers / compétences/formations des emplois relevant de diverses structures du secteur des Transports

Le Programme TRANSPORT I a notamment contribué à:

  1. mettre en place des instruments de prévision, de gestion et de réforme profonde du secteur, tous modes de transport confondus,
  2. doter le secteur d’équipements de simulation de navigation maritime et conduite ainsi que d’une station de contrôle technique automobile au profit de l’ENSM[1], le CENAPEC[2] et de l’ENACTA[3].

[1] Ecole Nationale Supérieure Maritime de Bou Ismail

[2] Centre National des Permis de Conduire.

[3] Etablissement National de Contrôle Technique Automobile



TRANSPORT II cible essentiellement l’accompagnement du Ministère des Travaux Publics et des Transports dans la mise en œuvre de la nouvelle stratégie des transports par des réformes institutionnelles et réglementaires et l’amélioration de la sécurité des transports et leur qualité.

 

TRANSPORT II : une nouvelle vision, un saut qualitatif

TRANSPORT II est bien plus qu’une simple suite logique du Programme TRANSPORT I. En effet, afin de soutenir la mise en place de la réforme et de la modernisation du secteur des Transports dans le cadre du renforcement du partenariat avec l’Union européenne (UE) et l’Algérie, il a été convenu la mise en œuvre du second Programme d’Appui aux réformes du secteur des transports – TRANSPORT II qui est appelé à consolider les réformes sectorielles engagées età ouvrir de nouveaux champs de coopération, comme l’intégration de l’acquis communautaire en matière de sécurité, de règlementation et protection de l’environnement.

La convention de financement de ce Programme a été signée en décembre 2012  avec  une  enveloppe  financière de 16,5 millions  d’euros  (13  M€  pour la partie européenne et 3,5 M€ pour la partie algérienne). La période d’exécution opérationnelle s’étend sur 60 mois.

Objectifs visés et résultats attendus

TRANSPORT II vise aussi des objectifs spécifiques qui sont les suivants:

  1. Adaptation des réformes institutionnelles aux besoins de l’aménagement de l’infrastructure et du développement de l’économie.
  2. Adaptation de la réglementation en vigueur aux réformes engagées
  3. Amélioration de la sécurité et sûreté des transports
  4. Optimisation de la qualité des services et des produits au bénéfice du citoyen.

Les résultats attendus de la mise en œuvre du Programme sont les suivants:

  1. Le ministère des Travaux publics et des transports est modernisé et dispose d’un système de management performant.
  2. Les textes législatifs et réglementaires sont harmonisés et mis en cohérence avec la nouvelle  politique  nationale,  les autorités de régulation sont opérationnelles
  3. Des Institutions ou structures chargées de la sécurité sont appuyées et assistées dans leur installation et développement.
  4. La professionnalisation des métiers du transport est adaptée aux besoins des usagers.
  5. Les  autorités,  les  opérateurs   et ses usagers sont  sensibilisés et responsabilisés sur la  nouvelle politique nationale des transports.

Organisation et mise en œuvre

Les autorités de tutelles du programme sont :

  • Pour l’Union européenne, la commission européenne
  • Pour le bénéficiaire, le ministère des travaux publics et des transports,
  • Le coordonnateur national est le ministère des affaires étrangères,

Pour atteindre ces objectifs, le Programme dispose d’une structure organisationnelle permanente comportant:

- Au niveau stratégique :

  • Un Comité de Pilotage chargé d’assurer la cohérence du Programme avec la Politique-Sectorielle,

- Au niveau opérationnel

  • Une Direction du Programme chargée de l’exécution technique, administrative et financière du Programme,
  • Une Assistance d’Appui Technique au Programme dans la programmation,  l’exécution et la gestion du Programme,
  • Et pour chaque résultat du Programme, des Points Focaux (PF) et Responsables Opérationnels (RO) appuyé par une Unité de Suivi Technique (UST) au niveau central, local et/ou régional chargés de faciliter l’identification des activités et leur mise en œuvre

La mise en œuvre du programme s’articule autour de 5 composantes déclinées en 11 activités.